J’ai toujours été extrêmement confortable dans ma zone de confort. D’ailleurs, ça ne porte pas ce nom pour rien! Cependant, il arrive un moment où il faut prendre une décision qui peut changer le cours de notre vie et nous mettre face à l’inconnu, un peu comme dans le film la Matrice, pilule bleue ou rouge?

Ça a commencé par une prise de conscience d’insatisfaction. Je travaillais dans une compagnie où j’ai appris énormément de choses par rapport à mon métier de consultant marketing actuel. Toutefois, il est venu un temps ou j’ai réalisé que cet emploi n’était peut-être pas pour moi. Trop d’éléments faisaient en sorte que je me levais le matin sans motivation et que je rentrais au boulot littéralement à reculons! Je sais très bien que plusieurs personnes sont dans une situation semblable, mais la peur de l’inconnu les freine à prendre action.

Je commençais à me dire que ce que je faisais au quotidien, je pouvais probablement le faire à mon compte et faire les choses à ma façon. Chaque jour, c’était devenu un combat mental constant entre le désir de quitter et la sécurité financière que l’emploi me procurait. À ce moment, j’étais dans la zone de confort x 1000! Malheureux, mais dans la zone comme plusieurs!

On voit beaucoup de gourous sur les médias sociaux prônant de faire le saut et de faire ce qu’on aime dans la vie, etc. Voir ces publications, ça donne un ‘’boost’’ de motivation le temps d’un coup de pouce sur un écran de cellulaire entre une vidéo de chat et une photo d’un ‘’ami Facebook’’ en voyage! Passer à l’action par contre, c’est carrément une autre affaire! Comme me disait un ami: personne ne va venir cogner à ta porte pour te dire que c’est le temps de faire le ‘’move’’!

Finalement, le 29 mai 2018, je me réveille et je suis à mon compte, #zonedeconfort-1000!! Je n’ai jamais fait ça, j’ai la chienne, je ne sais pas par où commencer et je n’ai pas des millions dans le compte de banque, mais quand même un peu pour survivre un temps!

Depuis, chaque jour est une nouveauté et une première en quelque sorte. Je me suis associé avec deux autres personnes pendant quelques mois, mais finalement d’un commun accord nous avons pris des chemins différents. J’ai réussi à me trouver des clients, des anciens contacts qui m’ont référé à d’autres, des mandats à la pige, etc. Je me suis dit que j’allais accepter chaque projet et que ça allait être une nouvelle expérience à chaque fois! 

J’ai toujours été directeur de comptes dans mes anciens emplois, donc je m’occupais plus de la relation client que de l’exécution. J’ai dû tout apprendre par moi-même et par chance j’avais deux anciens collègues et amis stratèges et spécialistes aux opérations publicitaires qui m’ont énormément aidé et m’aident encore d’ailleurs quand j’ai des questions! Ils vont se reconnaître s’ils lisent cet article! J’ai aussi la chance d’avoir une blonde trop patiente pour vivre (elle est prof de maternelle, ça aide!) Elle me supporte sans cesse et me remonte le moral dans les moments plus difficiles, parce qu’on va se le dire, devenir entrepreneur ce n’est pas toujours facile! Mes amis et parents me supportent et m’encouragent énormément aussi depuis le début!

Aujourd’hui, je comprends vraiment bien l’image qui montre la pointe de l’iceberg visible par tous et la partie sous l’eau que seuls nos proches connaissent et qui montre bien l’ampleur de la tâche réelle! Je peux vous dire que je suis encore loin d’atteindre le sommet de l’iceberg! Je travaille fort, je me forme de façon continue et plus important que tout pour moi, j’ai la liberté de mon horaire et je ne suis pas en train d’enrichir quelqu’un d’autre!

Récemment, un énorme défi m’a été lancé. Un contact m’a mis en relation avec un Cégep pour faire une formation de 12 heures sur Google Analytics. Je n’ai jamais donné de formation en classe de ma vie et je connais Google Analytics, mais assez pour donner une formation? Ah oui j’oubliais, on m’a annoncé que la formation allait de l’avant six jours avant le début. Comme c’était une nouvelle formation qui n’avait jamais été donnée, il n’y avait pas de plan de cours et je devais tout bâtir ‘’from scratch’’ comme on dit! J’ai toujours voulu donner de la formation donc pas le choix, j’ai foncé et j’ai dit oui! En plus d’être confronté à sortir de ma zone de confort encore une fois, je faisais face à un petit démon bien connu, on le nomme couramment le Syndrome de l’IMPOSTEUR (je le mets en majuscule parce qu’il est vraiment fort ce démon là!) C’est sûr que tout le monde en connait plus que moi dans ce cours-là, ils ne vont pas me trouver crédible, je suis qui moi pour donner une formation sur ce sujet, etc. En plus, j’avais un autre syndrome, celui de la page blanche! Je ne savais pas où débuter!

Donc j’ai commencé à préparer mes notes de cours tranquillement, j’ai révisé ce que je connaissais et j’en ai même appris vraiment beaucoup en lisant des articles de sources fiables, et en suivant des formations en ligne (gracieuseté d’un ancien collègue ci-haut mentionné!) Je suis arrivé à mon premier cours en tremblant comme si j’avais le parkinson. J’ai pris une grande respiration et j’ai commencé. Après une heure, j’avais pratiquement passé à travers ma présentation et j’avais réussi à manquer les trois blagues que j’avais pratiquées toute la journée! C’était la catastrophe! J’ai donné une pause pour me recentrer et en allant remplir ma bouteille d’eau, j’ai croisé un des élèves du cours qui me dit : en passant, ça ne parait pas du tout que c’est la première fois que tu donnes un cours, c’est vraiment intéressant! La confiance que ça m’a donné! Je suis revenu dans le cours et j’avais un second souffle.

Je peux dire que les quatre cours de la formation se sont vraiment bien passés finalement! Par la suite, j’ai reçu des courriels de participants et des invitations LinkedIn en me disant que j’étais vraiment un bon prof, que je maitrisais bien la matière et certains m’ont même demandé si je pouvais travailler pour eux!

Je ne suis pas un gourou, loin de là, mais je peux vous dire que le sentiment de fierté lorsqu’on accomplit quelque chose de nouveau et qu’on passe à travers des embûches est indescriptible! J’en ai regardé des vidéos qui parlent de sortir de la zone de confort et qui disent que c’est là qu’on s’accomplit et qu’on grandit le plus. Je peux vous confirmer que c’est vrai! Je ne vous dis pas de tous lâcher vos emplois demain matin, mais plus d’essayer de faire des choses que vous n’êtes pas habitué de faire de peur de l’échec. Vous allez voir, vous serez surpris des résultats et de ce que vous pouvez accomplir!

Allez-y, essayez

Marc-Antoine Ricard
Stratomedia
www.stratomedia.ca
marc-antoine@stratomedia.ca
514-817-3712

Retour au blogue

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *